Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A l'appel de Pontigny

shutterstock_1091348150.jpg

Nous vous communiquons in extenso le courriel de Madame Micheline Durand, quant à l'avenir du site majeur de Pontigny.

Les Amis de la Collégiale d'Appoigny se joignent à l'inquiétude que suscite l'éventuelle concession de ce domaine au "privé". 

« Sans doute avez-vous appris (ou découvrirez-vous) que le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté souhaite se défaire du domaine abbatial de Pontigny et a lancé un "appel à manifestation d'intérêt"  qui a pris fin le 17 octobre et dont nous connaîtrons les résultats fin novembre.

Il nous a semblé bon que vous puissiez être informés de notre inquiétude et de notre attachement à préserver l'esprit de ce patrimoine exceptionnel à travers les projets qui pourraient être présentés.

Nous-mêmes avons fait des propositions mais qui, bien entendu, ne peuvent pas être portées par l'association, ni financièrement ni structurellement.

Notre contribution s'inscrit dans la réflexion nécessaire sur la finalité, la réaffectation du site, et le rappel qui sera incessant du respect dû au

patrimoine comme Bien Commun !

Nous espérons que les instances publiques seront sensibles à notre argumentaire dont vous trouverez une synthèse ci-dessous.

Je vous souhaite bonne lecture et nous serons intéressés par vos réactions

Micheline Durand

Présidente des Amis de Pontigny

Au nom du Comité de réflexion Avenir de Pontigny »

                                  

AVENIR DU SITE DE L'ABBAYE DE PONTIGNY

PROPOSITION

UNE GESTION DE LA GLOBALITÉ DU SITE ,

UNE GESTION DURABLE ET ADAPTÉE

 

L'abbaye de Pontigny -église abbatiale ET domaine- est internationalement reconnue comme un site patrimonial majeur. C'est pourquoi « l'appel à manifestation d'intérêt » lancé par le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté peut et doit représenter l'exceptionnelle opportunité de lui donner un avenir respectueux de sa cohérence historique, c'est à dire ne pas considérer que l'église et le domaine sont des espaces distincts même s'ils relèvent de propriétaires distincts.

Il ne s'agit pas simplement d'exploiter correctement une propriété régionale -ce qui est le cas actuellement- mais de mettre en place, dans l'intérêt général, une gestion appropriée à un site complexe, d'intérêt public.

Pour répondre à cet enjeu, la maîtrise foncière du cœur du site (le domaine) représente un atout essentiel à préserver.

Premier postulat :

Rôle de la puissance publique

Pour mobiliser les investissements nécessaires à l'aménagement des espaces et bâtiments existants ou à la création de nouveaux lieux, nous demandons que la Puissance Publique (c'est à dire l'Etat, la Région, le Département, la Communauté de Communes et la commune) puisse mobiliser et inviter les acteurs du territoire et du site à réfléchir ensemble à la démarche à engager.

La maîtrise publique n'interdit en rien la recherche et l'exercice d'activités économiques tout en préservant l'avenir et la protection patrimoniale du site.

C'est pourquoi, ne faudrait-il pas abandonner la mise en vente dont le risque premier est de porter atteinte à l'entité patrimoniale, culturelle et touristique du site, et repenser la coordination des efforts de toutes les collectivités en lien avec d'autres partenariats, pour répondre ensemble à ce défi ?

Deuxième postulat:

Reposant sur ces deux principes :

-  Une gestion durable du site nécessite qu'elle s'inscrive dans son histoire et son territoire.

-  Son financement doit être viable.

Pour y répondre, il faut valoriser et développer l'attrait touristique du site, s'appuyant sur ses 40 000 visiteurs par an et sur la notoriété du vignoble de Chablis dont le lien avec l'abbaye de Pontigny n'est plus à démontrer. (Nos relations avec la FDAC – Fédération de Défense de l'Appellation Chablis- en témoignent).

Cette valorisation peut et doit se conjuguer avec une réutilisation optimale des bâtiments existants et une réelle mise en valeur des terrains et jardins, qui gardent l'emprise de ce que fut l'abbaye dans ses murs.

Il y aurait alors à créer un circuit de visite attractif pour les visiteurs par l'organisation progressive de véritables lieux d'accueil du public, d'un centre d'interprétation de l'histoire du site, depuis les Cisterciens jusqu'aux prestigieuses Décades de Pontigny et son occupation au XXe siècle, ainsi que des espaces d'expositions temporaires et l'aménagement des jardins, permettant alors la mise en place d'une billetterie.

Troisième postulat :

Réutiliser de manière partagée et fongible les bâtiments actuels.

  • Certains de ces bâtiments vacants pourraient accueillir le Centre de conservation, d'études et de formation sur les matériaux anciens, projet élaboré de longue date par le Centre d'Etudes Médiévales d'Auxerre et porté par l'association les Amis de Pontigny, ainsi que des lieux de transmission des savoirs horticoles et paysagers recherchés par la Société horticole de l'Yonne.
  • Mais, d'autres acteurs attachés à l'intérêt patrimonial du site (vignerons, patrimoine cistercien, amis de l'Orgue, mémoire des Décades...) ainsi que ceux liés à la vie associative locale, peuvent avoir intérêt ou nécessité de disposer à temps partiel et partagé de lieux de manifestations, d'expositions, d'hébergement et de restauration.
  • De ces occupations multiples naissent la mise en place et le fonctionnement de structures  d'accueil, que ce soit pour des stagiaires en formation, des participants à des colloques ou des séminaires, mais également des résidences d'artistes ou master class, telles que souhaitent en proposer aussi bien les Amis de Pontigny et son directeur artistique, Régis Pasquier (violoniste de renommée internationale, qui entend faire des « heures musicales de Pontigny » un événement international), que les Amis de l'Orgue.
  • Cette occupation partagée permettrait des contributions financières nécessaires à l'équilibre de gestion recherché, tel qu'il a été trouvé au centre d'Etudes et de formation de La Paix-Dieu, en Belgique (propriété de la Région Wallonie qui en a assuré la réaffectation).

Une première analyse du site a été faite au dire d'experts et le site global pourrait assez facilement et surtout à moindre coût accueillir progressivement ces nouvelles activités.

Autour de ces projets déjà énoncés, des partenariats seraient déjà envisageables.

Nos propositions ne sont donc pas irréalistes même si la complexité du site et de la  démarche proposée doit conduire à rester ouvert à toutes propositions ou opportunités à venir – attendre l'examen des dossiers - compatibles avec les valeurs du site à transmettre aux générations futures.

Quatrième postulat:

Différer la cession

Pour ce faire, il conviendra sans doute d'accepter de financer tout d'abord une étude globale de faisabilité et/ou une assistance à maîtrise d'ouvrage du processus.

Là se situent les limites des associations, notre rôle étant de contribuer à la réflexion, à la recherche de partenariats, mécénats...

L'incendie de Notre-Dame de Paris a amplement démontré, par l'émotion qu'il a suscité, combien il était essentiel de   préserver le patrimoine et combien il importait de lui donner une réelle finalité respectueuse de son esprit mais ouverte aux besoins du monde actuel.

Tel est le sens de notre démarche, nous la voulons constructive à vos côtés, ouverte mais attentive et résolue. Créer des synergies demande du temps, des rencontres, de la réflexion.

Surseoir à la vente permettrait ce temps nécessaire que votre décision, néanmoins, a en  quelque sorte officialisé.

                                                                            Comité de réflexion Avenir de Pontigny

                                                                                              Lundi 9 septembre 2019

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel