Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Association culturelle des Amis de la Collégiale d'Appoigny

  • Appoigny médiéval

    Le n° 13 des Cahiers de la Collégiale intitulé CHATEAUX a traité de la fortification d'Appoigny sous l'épiscopat de Jean d'Auxois (1353-1359):

    vue.jpg

    Au hasard des visites sur l'Internet nous avons trouvé l'image d'un village médiéval italien qui peut illustrer la configuration d'Appoigny à l'époque de Jean d'Auxois, évêque constructeur.

    120166887_636279777084837_5295933128458655757_o.jpg

    Monteriggioni est une ville médiévale fortifiée datant du Xe siècle, protégée par de puissants murs, située dans la province de Sienne, en Toscane.

    Lien permanent 1 commentaire
  • Écho de l'Étai - 6

    Chers Ami (e)s,

    Ainsi que nous le prévoyions, l’année 2020 s’avèrera une année blanche pour les Amis de la Collégiale d’Appoigny :

    L’Assemblée Générale

    Elle se voit par force annulée et, de ce fait, tous les mandats du Conseil sont reconduits pour 2021.

    Journées Européennes du Patrimoine 

    La conférence du 18 septembre de M. Alain Villes, à la Bibliothèque Municipale est remise au printemps prochain.

    Notre présence dans la collégiale au cours des deux journées suivantes est également annulée.

     

    Les Cahiers de la Collégiale 

    Mais les activités publiques n’empêchent pas notre fonctionnement puisque les Cahiers n° 13 ont été publiés à temps. A ce sujet, pratiquement tous les membres de l’AC l’ont reçu, du moins ceux qui ont pris la précaution de renouveler leur cotisation pour 2020.

    Comme nous l’avons déjà évoqué, un ouvrage exhaustif sur la genèse de la collégiale d’Appoigny est en préparation, nous en parlerons au cours du premier semestre 2021.

    Le n° 14 de notre revue pour 2021 est pratiquement terminé. Il est dédié à la mémoire de Jean-Luc Dauphin. La conférence qu’il nous a donné aux JEP 2018 a été retranscrite. Elle remplit les 40 pages de nos plus gros « Cahiers » à ce jour.

    Restauration de la collégiale

    Nous avons repris contact avec un sujet qui était, faute de dossier, en panne depuis l’automne dernier. Monsieur le Maire nous recevra, le délégué départemental de la Fondation du Patrimoine et moi-même, le 19 septembre. Nous envisagerons alors quelles actions à mener et définirons les démarches de chacun au vu du dossier de restauration nouvellement ré-ouvert.

    Action culturelle des Amis de la Collégiale

    Plus que jamais, le soutien des Époniens est nécessaire à notre action culturelle. Il serait trop facile de baisser les bras devant l’indifférence. Notre rôle est de réveiller les consciences. Appoigny compte 2350 électeurs dont la majeure partie serait bien attristée de voir disparaître leur joyau patrimonial. A ce jour notre association compte 41 adhérents dont 35 sont à jour de leur cotisation. Notre tâche est loin d’être terminée et nous aspirons à toucher encore plus d'Époniens soucieux de leur héritage. 28 correspondants nationaux et internationaux reçoivent notre revue et diffusent notre action dans les bibliothèques spécialistes de l’architecture médiévale ainsi que dans les sociétés historiques et culturelles de l’Yonne et de la Bourgogne.

    Un cœur de village attractif dynamique et convivial

    Appoigny ne peut se contenter et se résoudre à s’entourer de zones commerciales anonymes. Valoriser le cœur du village par son monument du 13e siècle, avec son jubé rarissime du 17e siècle, ne peut être économisé si l’on veut y faire revenir les amateurs d’architecture en leur offrant la culture et le service de commerces adéquats.

    Il ne parait pas utopique d’imaginer cette évolution. Nombreux sont les villages qui se rendent attractifs de cette façon. Puisse Appoigny ne pas être le dernier de la liste.

    Une simple adhésion

    Pour ce faire nous avons besoin des Époniens. Une modeste cotisation de 15€ montrera combien sont nombreux ceux qui ne se résignent pas à vivre dans une banale cité dortoir.

    Nous avons besoin du nombre pour convaincre.

    Gardez vos masques !

    Pour le bureau de l’Association Culturelle des Amis de la Collégiale d’Appoigny

    Raymond Dhélin

    http://lesamisdelacollegiale.blogspirit.com

    Lien permanent 0 commentaire
  • Rendre à César ce qui appartient à César...

    La première étape du travail historique tient dans la critique documentaire.

    Il nous faut avant tout rendre hommage à René Louis, médiéviste de renom et à Charles Porée, éminent archiviste paléographe de l’Yonne. A la demande d’André Milon, alors propriétaire du domaine de Régennes, ils ont su mettre leur compétences et leur notoriété « à transcrire et se faire transcrire les nombreux documents du XVIe au XVIIIe siècle des archives nationales, régionales et départementales concernant la seigneurie ou le pertuis de Régennes ».

     Le magnifique ouvrage qu’ils nous livrent en 1939, contient une riche bibliographie ainsi qu’une somme impressionnante de détails accompagnés de sources archivistiques précises, nous permettant, aujourd’hui, de retrouver les documents et d’en tirer de nouvelles découvertes.

    La recherche effectuée impliqua une mobilisation des services que nous serions bien impuissants à reproduire de nos jours, ne serait-ce que pour d’évidentes raisons budgétaires. Cette fructueuse collaboration représente une véritable chance pour la mémoire patrimoniale d’Appoigny.

    Nous nous proposons de feuilleter une nouvelle fois Le Domaine de Régennes et Appoigny à la recherche de preuves qui nous permettront de dire que, entre autres et contrairement à ce que nous livre l’Internet:

     Saint Germain n’est pas né au château de Régennes !

     De châteaux en fortifications, nous nous proposons de revisiter, dans ce treizième numéro des Cahiers, ce qu’ils nous montrent des pouvoirs temporels et spirituels de notre cité.

    L’utilisation générique des plus nobles bâtiments pour y localiser les plus nobles résidents d’Appoigny fut une posture convenue chez les anciens biographes.

    Nous ne nous érigeons donc pas en justiciers mais il est amusant de

    rendre à César ce qui appartient à César

    et, si possible,

    de remettre le Château-Bourgeois  au centre du village.

    Malgré le confinement le treizième numéro des Cahiers est paru.

    couv2 13.jpg

    Il est peu probable que nous puissions réunir une assemblée générale cette année, aussi la publication vous sera envoyée à réception de votre cotisation

    qui demeure à 15 euros.

    Chèque à l'ordre de AC Appoigny

    Chez Raymond Dhélin

    35 avenue Marie-Noël

    89380 Appoigny

    Lien permanent 0 commentaire
  • Écho de l'Étai - 5

    Sans titre-1.jpg

    Chers Amis,

    Combien cette béquille a-t-elle connu de Maires en Appoigny ?

    Si l’on en croit la rumeur il se peut qu’elle fut érigée sous le mandat de M. Jules Voitier et il est probable qu’à cette époque, l'appui se devait d’être provisoire. Gageons que le Maire ne se doutait pas que 24 années à la tête de la Municipalité ne lui permettraient pas de trouver les fonds nécessaires à la réparation.

    Puis ce fut le tour de M. Jean Massé. 12 années passèrent qui ne suffirent pas non plus à l’éradication de ce végétal pilier. Il est vrai que la saga de l’orgue électronique de Jean-Paul II avait lourdement obéré les volontés associatives et municipales.

    Puis vint le temps de M. Jacques Paclin. Durant 19 ans, la guerre de l’orgue fit rage, laissant dans l’ombre le sinistre poteau.

    IMGP3688.JPGUne catastrophe enfin relégua aux calendes sa disparition puisqu’il fallut dédier les finances à la couverture d’un toit de tôles, provisoire lui aussi, sur le bas-côté Nord qui venait d’être totalement sinistré.

    M. Alain Staub enfin se jura d’y parvenir mais ce fut en vain. 12 années d’efforts ne suffirent qu’à initier une restauration, lancée en 2009 et réalisée en 2017, à 25%.

     

    Le pylône est toujours là, intact, septuagénaire. Il semble dire à tous, qu’à l’instar des formerets qu’il soutient, il se sent capable de durer, lui aussi, 800 ans. Mais la fiente des pigeons, remplissant inexorablement et impunément le chéneau de la tour, ne lui donnera pas la chance de battre ce record de longévité.

    degradations-dues-aux-fientes-de-pigeons-a-saint-avold-1541669626.jpgEncore quelques hivers, quelques générations de colombidés et le bois cédera sous la pression de l’entropie. Il se peut malheureusement que l'échéance fatale advienne avant la fin du prochain mandat. 

    Ce soutien d'un autre âge a donc connu 4 Maires. Nous attendons avec pragmatisme et bienveillance la mise en place de la nouvelle équipe avec l'espoir qu'elle puisse se donner les moyens de renvoyer cet étai à une retraite bien méritée. 

    Et comme le dit ce cher Rabelais :

    Tout vient à poinct à qui peult attendre

     

    4+.jpg

     

    Lien permanent 0 commentaire