Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ass. culturelle des Amis de la Collégiale d'Appoigny

  • Triforium témoin

    IMGP0468.jpg

    La tradition locale d’Appoigny veut que nos ancêtres, frileux à juste titre, aient décidé d’obstruer les arcades du triforium de la collégiale, au prétexte qu’en hiver, le froid des soupentes des bas-côtés, frigorifiait les fidèles.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Un trésor patrimonial

     

    Image1.jpg

    Les travaux qui se préparent autour de la collégiale d'Appoigny nous promettent la vision resplendissante de l'architecture gothique de 1220 (opus francigenum).

    Mais en attendant cette résurrection extérieure, il ne faut pas délaisser le joyau que l’église cache en son chœur :

    LE JUBÉ

    Jubé 3.jpg

    Appoigny

    Erigée au début du 17esiècle, cette clôture procède d’une époque où il était d’usage d’isoler le chœur des fidèles.

    Au milieu du 16e siècle la réforme liturgique, introduite par le concile de Trente, provoque une évolution de l'architecture des églises. Le chœur devra désormais être visible par les fidèles pour suivre l'office. Les jubés seront condamnés à disparaître.

    Malgré cette évolution, nombre de tribunes seront encore érigées.

    en prenant bien soin de ne pas occulter le maître autel.

    C’est le cas du jubé d’Appoigny et de celui de Saint-Florentin qui seront construits à l’issue de la guerre des religions au début du 17esiècle.

    Image3.jpg

    Saint-Florentin

    Après la cruelle période des guerres de religions (1585-1598), les pays de France sont à feu et à sang. L’auxerrois n’échappe pas à un désastre qui plonge la population dans le chaos de la disette, de la famine et des maladies.

     

    Jacques_Amyot_par_Léonard_Gaultier.jpgLa situation est telle qu’après la mort de Jacques Amyot en 1593, l'Auxerrois demeure sans évêque et sans seigneur, pour gérer son temporel durant sept années.

    encadré 1.jpg

    Finalement un candidat choisi par le roi Henri IV se présente. Obéissant, François de Donadieu accepte la tonsure et  la charge, àtonsure.jpg condition d’être exonéré de l’annate. Adoubé, le nouvel évêque/seigneur prendra ses fonctions en 1601.

    Image7.jpg

    Armes de la famille Donadieu

    Afin d’apaiser les passions, François de Donadieu, le bien nommé, consacre le produit des revenus de sa charge à la réparation de ses églises, plutôt qu’à l’annate du pape. C’est ce qui lui permet de construire le jubé d’Appoigny. Le chantier débute en septembre 1606 et les tailleurs quittent le chantier en juin 1607, laissant inachevées nombre de parties de la construction.

    Ce départ subit s'explique par la décision royale qui en 1606, transforme le Louvre en une véritable « pépinière » d'artistes.  Peintres, sculpteurs, orfèvres, ingénieurs y sont fermement invités. Ils y bénéficient du logement et d'un brevet qui les tient à l'écart des règles contraignantes des corporations.

    Le chantier du jubé restera inachevé. La collégiale attendra vainement le retour des artistes et, en 1610, une plaque explicative sera apposée.

    Image5.jpg

    Image6.jpg

    base.jpg

    Ministère de la Culture et de la Communication - Notice de la base Palissy 

    Patrimoine immobilier classé - PM 89000

    1869.consolidation rapport piéplu Recto.jpg

    En 1869, une étude de consolidation de la collégiale fut établie pour un montant de 53928,00 F. mais les évènements de 1870 arrêtèrent le projet. Les dommages de guerre dus à l’Allemagne interdirent toute subvention.

    La tradition locale prétend que la démolition du jubé

    avait traversé l’esprit de la municipalité.

    En 1877, la restauration fut reprise à moindre coût,

    le jubé de la collégiale, très certainement le plus beau du département,

    fut définitivement épargné pour le plus grand plaisir des visiteurs.

    Document_2022-11-22_125213.jpg

    Article paru dans le dernier n° de la Gazette d'Appoigny

    AC Appoigny.jpg

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Écho de l'Étai - 15

    Nous ne résistons pas au plaisir de vous adresser la photo du nouvel échafaudage.

    20221021_150701.jpg

    et en profitons pour vous faire part

    de l'arrêt provisoire

    de notre compte Twitter : @collappoigny

    Lien permanent 0 commentaire
  • Écho de l'Étai - 14

    BONNE NOUVELLE !

    Tout vient à temps à qui sait attendre !

    2e tr.jpg

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • JEP2022 en APPOIGNY

    logo JEP 2022.jpg

    Les Journées européennes du patrimoine (JEP) sont des manifestations internationales annuelles. Elles permettent la découverte de nombreux édifices qui ne sont souvent qu'exceptionnellement ouverts au public.

    Pour ce qui concerne Appoigny et comme à l’accoutumée, l’association culturelle des Amis de la Collégiale a repris la bonne habitude d’organiser une conférence à la Bibliothèque Municipale, la veille de ces deux Journées.

    Le 16 septembre à 18h30 nous avons eu le plaisir de nous transporter au Portugal avec un spécialiste de choix, Stéphane Betremieux.

    conférence 16.jpg

    Image00002.jpg

    Ce dernier a captivé l’auditoire par son érudition et sa passion de   

    l’architecture cistercienne portugaise.

    pot.jpg

    Le traditionnel pot de l’amitié clôturait cette sympathique soirée.

     

    visites 17 18.jpg

    Le lendemain dès 10 heures, les portes de la collégiale s’ouvraient aux visiteurs qui se virent guidés de main de maître par Éliane, spécialiste du jubé, de la chaire et des reclusoirs.

    eliju.jpg

    jubé.jpg

    chaire.jpg

    reclus.jpg

    Le tour de l’église effectué dans le sens traditionnel et conventionnel, les visiteurs se virent conduits devant l’exposition Jeanne d’Arc de 2016, ressortie pour l’occasion.

    expoint.jpg

    AOCJEP1.jpg

    La mystérieuse épopée d’une jeune bergère de 16 ans qui réussit à convaincre les autorités de sa région pour, accompagnée de 6 cavaliers renommés, aller rejoindre le roi Charles VII à Orléans et l’escorter jusqu’à Reims pour qu’il y soit sacré.

    AOCJEP2.jpg

    AOCJEP3.jpg

    Elle passe une nuit à Auxerre où, en compagnie de son escorte, elle y demeure incognito.

    AOCJEP4.jpg

    A son retour, le chemin vers Reims s’avère plus complexe. C’est une armée libératrice de 15 000 soldats et cavaliers qui doit, aux nombreuses étapes, trouver le gîte et le couvert.

    Le convoi se divise en trois groupes : 

    Le roi directement sur Auxerre

    Jeanne par Montargis

    Le reste de la troupe par Cravant.

    AOCJEP5.jpg

    Mais Auxerre refuse l’entrée aux trois groupes qui sont contraints de suivre le cours de l’Yonne pour y trouver un gué, le plus proche de la route, pour franchir la rivière d’Yonne et rejoindre Reims par Brienon.

    Le gué idéal s’avère celui « des Pucelles » à Appoigny. Le vocable a évolué en «Épicelles».

    Faut-il croire que le singulier lui convient mieux puisqu’il est devenu aujourd'hui celui « de la Pucelle »?

     

    bruno 2.jpg

    Le temps de lire cette exposition, les visiteurs furent ensuite conviés par Bruno à la visite de la tour.

    esc.jpg

    Ses mystères

    mys.jpg

    Ses graffiti

    graffiti.jpg

    soule.jpg

    Ses cloches

    cloche 2.jpg

    pil.jpg

    Sa vue

    Sans titre-1.jpg

    La permanence, la coordination des visites et des adhésions étaient assurées par les fidèles adhérent(e)s habituel(e)s :

    Claude, Claudine, Damien, Eliane, Evelyne, Julien le photographe, Maryse,…

    accueil.jpg

    autour.jpg

    Enfin, à l’extérieur, selon les consignes du Ministère de la Culture, une seconde exposition, commentait

    les pierres cachées de la collégiale.

    yeux.jpg

    AOC façade Ouest.jpg

    AOC nord.jpg

    AOC4.jpg

    AOC transept sud.jpg

    AOC mur Sud2.jpg

    En conclusion et malgré l’absence d’un président Covidé,

    ces JEP 2022 se sont révélées un excellent cru.

    MERCI A TOUS !

    MH.jpg

    Puissions-nous renouveler chaque année cet hommage que nous devons à

    un monument riche de huit siècles

    et de

    32 générations époniennes.

    AC Appoigny.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent 0 commentaire