25 septembre 2014

Le pillage de notre patrimoine

Depuis quelque temps il n’est pas rare rencontrer dans les abords de notre village, des personnages équipés de poêles à frire mais ces instruments n’ont rien à voir avec la cuisine.

36457955_B973379041Z.1_20140820141334_000_G062VSHI7.1-0.jpg

Utilisées initialement par les démineurs, l’utilisation de ces poêles à frire ou détecteurs est rigoureusement réglementée et s’il arrive de voir ces instruments circuler de jour et parfois de nuit dans les champs époniens, ce n’est pas pour y découvrir les vestiges de la dernière guerre.

Voici ce qu’en dit la Direction régionale du Patrimoine sous l’autorité du Ministère de la Culture

 

Le patrimoine archéologique

Un bien culturel fragile et non renouvelable

 

La détection n’est pas un loisir

L’utilisation des détecteurs de métaux hors des cadres légaux est interdite : elle menace l’étude et la préservation du patrimoine archéologique.

 

« Détection de loisir » ou « chasse au trésor », ces expressions recouvrent une seule réalité : sonder le sol à l’aide d’un détecteur de métaux, creuser et extraire, sans méthodologie scientifique, des ob­jets métalliques et les collecter à des fins personnelles ou mercantiles.

 

Cette pratique revient à disloquer le sens des vestiges enfouis, à ruiner la compréhension d’un site et à perdre définitivement des pans entiers de connaissance du passé. Pire, de véritables « pil­lages » de sites ou de vestiges archéologiques sont à déplorer et les offres de vente sur Internet d’objets métalliques de tous types témoignent de cette pratique illicite.

 

Ce n’est pas la valeur monétaire ou artistique des trouvailles qui motive les recherches archéologiques mais la significa­tion de chaque élément par rapport à son contexte direct, tel que le temps l’a conservé jusqu’à nous. Même les professionnels de l’archéologie doivent obtenir une autorisation préalable à toute utilisation d’un détecteur de métaux.

 

Le patrimoine archéologique une ressource précieuse et non renouvelable ; ce n’est pas une ressource inépuisable : laissons les sources invisibles de l’histoire en place pour qu’elles puissent garder toute leur signification.

 

Que dit la loi ?

Code pénal, art. 322-3-1 : la destruction, la dégradation ou la détérioration de vestiges archéologiques est punie de 7 ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende lorsqu’elle a lieu sur un terrain sur lequel se déroulent des opérations ar­chéologiques ; art. 311-4-2 : le vol est puni de même ; art. R.645-13 : l’intrusion sur un site archéologique est punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 €.

 

Code du patrimoine, livre V, art L.544-1 : est puni d’une amende de 7 500 € le fait de réaliser des fouilles sans en avoir obtenu l’autorisation et/ou sans se conformer aux prescrip­tions de cette autorisation ; art. L.544-2 : est également puni le fait d’enfreindre l’obligation de déclaration et de conservation de toute découverte de caractère immobilier ou mobilier ; art. L.544-4 : le fait d’aliéner ou d’acquérir tout objet découvert ou dissimulé en violation des dispositions du code du patrimoine est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 4 500 € d’amende.

 

Code du patrimoine, livre V, art L.542.1 et art. R.544-3 : qui­conque utilise du matériel permettant la détection d’objets métalliques sans avoir obtenu une autorisation administrative est puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 000 € ; art. R.544-4 : toute publicité ou notice d’utilisation concernant les dé­tecteurs de métaux ne comportant pas le rappel de l’interdiction est puni de même.

12:09 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

16 septembre 2014

Appoigny - Journées Européennes du patrimoine - 2014

Chers Amis de la Collégiale,

Nous voici à la rentrée et cette année 2014 ne nous a pas encore donné la joie d’un possible aboutissement du dossier de remise en état de notre édifice.

Comme chaque année, le temps fort de cette rentrée est ponctué par les Journées Européennes du Patrimoine. Cette manifestation est la seule en effet, pendant laquelle nous pouvons susciter de nouveaux intérêts et, je l’espère, de nouveaux adhérents.

Nouveaux adhérents, non pas pour enrichir une statistique mais pour porter l’ambition de réparer une église qui a su se tenir debout pendant huit siècles et qui attend aujourd’hui notre participation matérielle au legs patrimonial qu’elle nous a fait.

Nouveaux adhérents pour demander à nos élus de bien vouloir consacrer une ligne des budgets communal, départemental, régional et national à l’une des plus belles églises de l’arrondissement d’Auxerre, après Saint-Étienne, qualificatif qui fut donné à notre église en 1869, par l’architecte des Beaux-Arts de notre département.

Ce dernier, bien informé, précisait qu’elle a été fondée vers l’an 1210. Il est plus probable qu’elle date de la reprise en main de l’hôpital d’Appoigny pour laquelle elle fut érigée en collégiale administrative et simultanément avec la construction de la cathédrale d’Auxerre en 1215.

L’année prochaine verra donc le huitième centenaire du fleuron patrimonial d’Appoigny. Le courrier que j’ai adressé ce printemps à Monsieur le Maire est resté sans réponse sur ce sujet mais je ne doute pas que le Conseil Municipal n’envisage de donner à cet anniversaire une couleur festive particulière. Je l’ai d’ailleurs assuré d’une participation active de notre association.

J’ai pensé qu’une réunion préparatoire aux JEP du 20 & 21 septembre serait inutile puisque nous aurons tout le temps de nous entretenir sur place. J’assurerai la permanence à la collégiale pour présenter les roll-up que nous avons réalisés sur les pierres cachées de la collégiale.

Je sais que vous viendrez nombreux, à la mesure de votre emploi du temps. Je vous y attends donc dès samedi 20 à 10 heures.

Collégialement vôtre

Raymond Dhélin

 

01 septembre 2014

20 & 21 septembre Journées Européennes du Patrimoine

Pin N1_2 copie.jpgVisuel JEP 2014 basse de¦üfinition.jpg

Venez découvrir les pierres cachées

de la Collégiale Saint-Pierre d'Appoigny

11 juin 2014

Conseil d'Administration

Le conseil d'administration s'est réuni le 2 juin dernier

2014.06.jpg

Julien Iturralde, Claudine Dagobert, Claude Chauvier, Bruna Albarello, Bruno Belval, Raymond Dhélin, Jean-Marie Sapin, Eliane Dhelin, Max Chatelain.

Vous en trouverez le compte-rendu ci-dessous

2014 06 02 CA AOC.pdf

29 avril 2014

Compte rendu de l'Assemblée Générale

Cliquez sur le lien suivant

2014.04.25 Cr.AG AOC.pdf