Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ass. culturelle des Amis de la Collégiale d'Appoigny

  • EN APPOIGNY

     

    INSTA_POST3_RIMASUU_JEP2022.jpg

    Vendredi 16 septembre à 18h00 

    conférence 16.jpg

    Samedi 17 et dimanche 18 de 10h00 à 18h00

    visites 17 18.jpg

    AFFICHE_A4_RIMASUU_JEP2022.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • SOMMAIRE

    des Cahiers de la Collégiale

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Écho de l'Étai - 13

    IMGP3691.JPG

    Une église fortifiée

    On ne sait à quelle époque la Collégiale Saint-Pierre,

    construite en 1215,

    fut intégrée dans

     les fortifications du

    Château-Bourgeois d’Appoigny.

    (Les images qui suivent ont été réalisées par un drone avant la première tranche de restauration.)

    A l’ancien chevet fut adjoint un rehaussement constituant une partie défensive munie de meurtrières.

     

    Chevet défensif.jpgréhaussement.jpg

    Le rehaussement défensif s’est vu encadré

    par deux gargouilles genrées :

    gar se.jpg

    Pendant masculin au sud-est

    gar ne.jpg

    Pendant féminin au nord-est

    Les deux personnages figurent probablement les bourgeois du nouveau bourg qui se voyaient par-là, enfin protégés des attaques incessantes des sénonais qui venaient attaquer Auxerre à la frontière bourguignonne d’Appoigny.

    guetteur le.jpg

    guetteur.jpg

    Clin d’œil du Maître d’œuvre, il fait figurer, assis sur le pinacle du chevet nord,

    un guetteur tourné vers la route de joigny/ Sens.

    Les affres du temps ont fait perdre la tête à ce guetteur

    Aussi les Amis de la Collégiale lui en ont trouvé une de la même époque et qui pourrait lui convenir.

    tête.jpg

    Image1.jpg

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • De l'axe de la collégiale

    La tradition d'orienter les édifices religieux remonte à la nuit des temps : de nombreux sites mégalithiques sont orientés vers le lever ou le coucher du Soleil lors des solstices d'été ou d'hiver. En Egypte, les temples sont parfaitement orientés selon un axe est-ouest, de telle sorte qu'à certains moments de l'année, des statues sont éclairées alors qu'elles demeurent dans l'obscurité le reste du temps.

     Il en est de même pour notre collégiale. C’est à l’heure où se prépare un formidable rajeunissement de notre village/ville, qu’il a semblé intéressant, aux Amis de la Collégiale, de revoir la particularité de notre monument historique.

    piquetage.jpg

    Tout a commencé au solstice d’été, on ne sait pas précisément de quelle année (1215 ?) mais on est sûr du jour de ce piquetage. Des œuvriers aux ordres de l’architecte se rendirent sur le site, à midi, pour tracer l’axe de l’édifice. Un piquet, pour le centre d’un premier cercle délimitant l’emprise du bâtiment. Ce cercle comprenait deux carrés.

    L’ombre portée du piquet/gnomon, à midi du 29 juin, définit la diagonale nord du carré vert (la terre) et la largeur de la future nef. Le carré bleu (le ciel), quant à lui, orienta perpendiculairement l’axe de l’édifice, conformément à la tradition : de l’est à l’ouest et, pour ce qui nous concerne, le jour de la Saint-Pierre.

     On vérifie cette précaution symbolique dans pratiquement toutes les églises et principalement à Vézelay où la lumière du soleil, au solstice et à midi, se confond avec l’axe de la création de la basilique.

    Sans titre-1.jpg

    Le trajet symbolique de la lumière parut d’une importance telle que tous les rituels, profanes ou religieux se conformèrent à cette projection.

    Mieux que personne, les constructeurs, connaissant le symbole et attachés à la tradition, pratiquaient ce rituel, lors même d’une simple visite. H. Vincenot dans « Les étoiles de Compostelle » nous en décrit les détails :

    Circumambulation.jpg

    « Ils (Les compagnons) montèrent toute la nef centrale, la redescendirent gravement, prirent le bas-côté nord qu’ils remontèrent, passèrent devant le chœur… et redescendirent le bas-côté sud… à vrai dire, c’était ainsi qu’ils faisaient chaque fois qu’ils visitaient une église. » (Cf. Les Cahiers de la Collégiale N° 11)

    Le rituel des cérémonies religieuses ne diffère pas de ce symbolisme. Que ce soit pour un mariage ou pour des obsèques, les participants observent tous, peut-être sans savoir pourquoi, le même trajet solennel.

    portail.jpg

    Ainsi que le cœur de village/ville, la collégiale va enfin être restaurée dans son entier. Véritable arc de triomphe, la porte principale, non seulement restaurée, retrouvera son utilisation première.         

    L’aménagement du parvis pour le stationnement d’un véhicule de cérémonie et une chicane suffisante pour ralentir la circulation, rendra à cette porte la sécurité et la solennité qu’elle mérite.

    Lien permanent 0 commentaire
  • Écho de l'Étai -12

     

    2301381958.jpg

    Chers Ami(e)s

    Tout vient à temps à qui sait attendre

    Nous ne résistons pas

    au plaisir immodeste

    de vous faire partager la mise à jour de la

    Plateforme Ouverte du Patrimoine de la base Mérimée.

     

    Le ministère de la Culture a enfin mis en ligne

    notre requête de 2016

    au sujet du vocable de l’église d’Appoigny.

    Bien que le titre de la fiche soit quelque peu ambigu :

    Image2.jpg

    La description énumère l’historique

    qui explique la confusion du vocable.

    Espérons que cette étude rendra à notre collégiale le nom qui lui a été attribué lors de sa dédicace

    aux environs de 1220 :

    l'unique Saint-Pierre

    Bonne lecture

    https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00113573

     

     

    Lien permanent 0 commentaire