Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 décembre 2016

Chronique d'une restauration annoncée

rest1.jpg

En 2008, la nouvelle équipe municipale conduite par le nouveau Maire, Alain Staub, décida de mettre à son programme, l’ambitieux projet de l’installation d’un orgue dans la collégiale.

Malgré l’accord et les directives du Ministère de la Culture, le projet ne fit pas unanimité et rencontra même une vive opposition.

Sans titre-1.jpg

Commença alors une lutte d’influence entre partisans et opposants digne de Clochemerle.

Les uns se référant à l’histoire de l’Architecture qui mentionne quelques exemples d’installation:
Sans titre-2.jpg

 Les autres pour qui, installer un orgue sur un jubé, représentant une véritable hérésie, se plaçaient sous la houlette d’un érudit local :

Moreau.jpg

Fort de son étude, ce dernier alerta la Direction Régionale des Affaires Culturelles qui répondit en indiquant que malgré l'avis provisoire, le maître d’ouvrage de l’orgue aurait à franchir quelques sérieux obstacles:

études.jpg

Une étude de la capacité portante du jubé ayant été effectuée lors de la restauration de ce dernier sous la direction de M. Bernard Colette en 1988 (et financée partiellement par les Amis de la Collégiale), fut communiquée à la DRAC.

réparation du jubé.JPG

Mais cela ne suffit pas à lever des réserves qui, en plus de l'opposition, semblaient dépendre de l’état sanitaire global de la collégiale.

Etat sanitaire interdisant la construction d’un orgue, économisant par   là-même, la restauration de l’église.

La municipalité se voyait donc contrainte à rénover l’église avant d’aller y mettre un orgue. Elle envisagea de mener les deux projets, le terme est approprié, de concert.

Un planning aussi candide qu’irréaliste fut alors élaboré :

planning.jpg

Mais nous dûmes nous rendre à l’évidence que ces deux projets étaient antinomiques. Les sommes versées par l’association pour l’étude de l’instrument semblaient perdues (6000 € env.). Après réflexion menée avec M. le Maire et sur proposition du président, l’Assemblée Générale 2009 de l’AOC adopta l’abandon de l’installation d’un orgue sur le jubé tout en se réservant l’éventualité d’un nouvel emplacement au-dessus du portail ouest :

« Lors de notre CA du 21 novembre nous avons statué sur ce sujet et nous pensons que, le moment venu, il sera possible d’envisager une tribune dans les travaux de restauration et d’y installer un orgue qui aura sa place à l’ouest. Position qui, nous l’espérons, fera l’unanimité dans la commune. »

Cet obstacle effacé, il était possible d’espérer l’engagement du Ministère de la Culture pour une restauration de l’église…mais l’opposition à l’orgue était tenace, d’autant plus que d’aucuns laissaient entendre que les partisans de l’instrument reviendraient à la charge. Les opposants préconisaient la méfiance. La restauration demeura encore, pour de nombreux mois, au point mort.

Aujourd'hui le temps à fait son œuvre, la méfiance semble avoir disparu. La phrase de Rabelais que nous faisions notre :

« Tout vient à poinct à qui peut attendre »

s’est révélée exacte.

Huit ans plus tard, le dossier à abouti et les subventions requises, accordées pour la première tranche de travaux.
panneau.jpg

Seule ombre au tableau, le titre fantaisiste de Saint-Pierre-et-Saint-Paul. (Voir notre publication du 19 décembre).

IMGP7786.JPG

Nous ne pouvions pas vous offrir meilleure carte de vœux que cette image qui, en ces temps difficiles, force à l’optimisme.

 

Chers Amis de la Collégiale Saint-Pierre,

le Conseil d'Administration et son Bureau 

vous souhaitent

de belles fêtes de fin d'année

ainsi que l'aboutissement heureux

de tous vos projets pour 2017

 

19 décembre 2016

Du vocable de l'église d'Appoigny - épilogue

Le 31 octobre nous vous faisions part de notre démarche en vue du rétablissement du vocable d'origine de notre collégiale:

16.10.29 Lettre conservatrice DRAC.jpg

à cette lettre était joint le dossier suivant :

Du vocable de l'église d'Appoigny.pdf

Nous sommes heureux de publier la réponse de Madame la Conservatrice qui, acceptant de transmettre notre requête, a choisi d'utiliser le titre profane sur les documents administratifs, à savoir, église d'Appoigny :

Réponse Drac.jpg

11:00 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |