Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Écho de l'Étai - 9

Trois propositions pour

améliorer et assainir la collégiale

Image3.jpg

1 – Décrochage de la voie de circulation.

Ce qui permettrait un espace au droit de la porte Ouest. Espace protégé nécessaire aux mariages, enterrements, etc… à l’instar de la cathédrale d’Auxerre.

Image4.jpg

2 - Pavage de la périphérie 

Ce qui aurait pour effet d’isoler le sol du ruissellement des eaux introduisant l’humidité à l’intérieur de l’édifice. Un anneau de 3 mètres de large serait suffisant.

Ce pavage avait été prévu en 1998 mais le projet a été oublié.

916829.jpeg

Enfin, pour lutter contre l'humidité intérieure

3 - Assécher l’air 

L’humidité intérieure dégrade les murs et pourrit le bois des meubles.

Image1.png

Installer un déshumidificateur d’air à condensation ou à compresseur est un appareil électrique destiné à éliminer l’humidité à l’aide d’un ventilateur qui aspire l’air humide. Cet air est ensuite envoyé vers un condenseur, puis un compresseur, avant d’être récupéré asséché et renvoyé dans la pièce, après avoir été chauffé.

Image2.jpg

Ce système pourrait être alimenté en énergie gratuite par des panneaux photovoltaïques.

Situés sur le toit de la tour, ils seraient discrets et bénéficieraient du meilleur ensoleillement.

Loin d'être une revendication cet Écho N°9

n'est qu'une proposition.

Lien permanent Catégories : Architecture, Patrimoine 2 commentaires

Commentaires

  • Il me semble que les 2 premières propositions sont intéressantes et libèreront en effet la collégiale de la voie de circulation. En ce qui concerne le deshumidificateur... pourquoi pas si ces préconisations ainsi que l'aération par les fenêtres ne suffisent pas et si effectivement cela reste discret...

  • Je pense que ce sont de bonnes propositions. Il est vraiment dangereux de sortir sur la chaussée ( mariages, obsèques).
    Tout peut arriver à point à qui sait attendre (depuis 1998)!

Écrire un commentaire

Optionnel