Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2017

Concert à la collégiale

Samedi 2 septembre 

IMG_6296.JPG

René Louis dans sa bible historique que constitue le Domaine de Régennes et Appoigny nous dit que :

« Les mêmes artisans qui avaient travaillé à la construction du chœur de la cathédrale d’Auxerre semblent avoir été employés par lui, à élever de nouvelles églises dans ses résidences, particulièrement à Gy-l’Evêque et Appoigny. L’actuelle église d’Appoigny est restée dans ses parties principales (chœur, sanctuaire) telle que l’a construite Guillaume de Seignelay, dans toute la jeunesse de l’opus francigenum, véritable petite cathédrale rurale où l’évêque venait souvent lors de ses séjours à Régennes. Cette église nouvelle, située dans l’enceinte du Château-Bourgeois, prit le titre de Saint-Pierre, qui fut retiré à l’ancienne. Un collège de cinq chanoines y fut installé et le siège de la paroisse y fut transféré… ».

 Mais au milieu du XIXe siècle, cette église était bien fatiguée.

En juillet 1869, Piéplu, architecte du département faisait ce bilan :

« L’église d’Appoigny est bien certainement une des plus belles églises de l’arrondissement d’Auxerre après Saint Étienne, sur laquelle le maître d’œuvre a dû s’inspirer pour certaines parties de son monument.

C’est par les soins et les deniers de Guillaume de Seignelay que l’église d’Appoigny a été bâtie ; on y remarque en effet le savoir-faire des artistes qui travaillaient à la même époque au chœur de la Cathédrale d’Auxerre.

Cette église dont le vaisseau principal a 42m.00 de longueur sur 22m.00 de largeur a été bâtie d’un seul jet au treizième siècle. Depuis cette époque, il n’a pas été fait le moindre travail de consolidation pour sa conservation, excepté cependant le comble, qui, très probablement à la suite d’un accident il y a environ deux siècles a été refait d’une manière provisoire avec des vieux bois d’un très faible équarrissage comme cela arrive généralement aux monuments, quand la population n’est plus en rapport avec leur ampleur et leur richesse. » 

Et après avoir donné un devis arrêté à environ 180 000 de nos euros, Piéplu concluait son étude en ces termes :

« Cette église m’a paru tellement intéressante que j’ai pensé qu’elle pourrait être classée au nombre des monuments historiques si vous vouliez bien Monsieur le Maire, en faire la demande, à son Excellence Monsieur le Ministre de la Maison de l’Empereur et des Beaux-Arts. »

La conclusion de Piéplu fut suivie des faits, la Collégiale fut classée dans l’année suivante.

Quant à l’église de Gy-l’Evêque sa sœur jumelle, elle a bien failli disparaître -  faute d’entretien, elle s’est effondrée en 1924 et la confection récente d’un toit protecteur, lui permet seulement de ne pas tomber dans l’oubli. 

Notre collégiale a eu plus de chance. Son classement dès 1870 a donné lieu à une restauration qui, bien qu’économique, nous a permis de lui fêter, en 2015, son 800e anniversaire.

Au milieu de cet écrin médiéval et deux fois plus jeune que sa collégiale, le jubé, construit en 1610.

20170902_204312.jpg

 Il est le seul rescapé, avec celui de Saint-Florentin, des clôtures de chœur de l’Yonne de ce type. Par une chance inouïe, sa destruction, programmée lors de la restauration de 1874, n’a pu être réalisée faute de crédits. C’est donc devant ce magnifique décor sauvegardé in extremis, que nous avons accueilli Les Dames de Pontigny dont le répertoire fut en harmonie parfaite avec le lieu.

20170902_215331.jpg

20170902_211205.jpg

IMG_6312.JPG

Notre association a pour but la conservation et la rénovation de cette collégiale. Nous œuvrons pour qu’en dehors de sa qualité cultuelle lui soit rendue sa beauté endormie et que lui soit reconnue sa valeur culturelle.

Pour paraphraser l’architecte Piéplu, la population d’aujourd’hui, est certainement en rapport avec l’ampleur et la richesse de cet édifice, mais encore faut-il que cette dite population prenne conscience du trésor qu’il représente. C’est le but que les Amis de la Collégiale poursuivent depuis le 13 juin 1988. La municipalité d’Appoigny a entendu notre voix, les autorités culturelles se sont investies et cette restauration tant attendue est aujourd’hui partiellement visible….

IMGP8265.JPG

stalles.jpg

IMG_6282.JPG

De longs et pénibles efforts restent à accomplir et la promotion du bâtiment nécessite encore de nombreuses démarches et d’importants moyens. Nous participons financièrement à la restauration de plusieurs éléments mobiliers classés du Patrimoine et nous allons continuer… !

C’est donc pour ne pas obérer le budget de ces futures opérations culturelles que nous avons fait appel à une libre participation en glissant dans les programmes une enveloppe discrète.  Les spectateurs ont eu bon cœur, séduits qu'ils furent par le chœur des Dames de Pontigny qui nous ont enChanté. 

IMG_6264.JPG

IMG_6267.JPG

IMG_6281.JPGIMG_6278.JPG

Un trésorier et un président satisfaits

Une bien belle et fructueuse soirée

Rendez-vous vendredi 15 septembre

18h30
à la Bibliothèque Municipale d’Appoigny
conférence

sibylle 2a.jpg

la Sibylle d’Appoigny
Entrée libre
buffet gratuit

 

 

Écrire un commentaire